Beyrouth: «C’était comme un hôpital en état de démolition qui continuait à travailler»

Une scène apocalyptique. C’est l’image que donnait Beyrouth ce mardi après deux explosions massives qui ont fait au moins 110 morts et des milliers de blessés. Les différents hôpitaux de la capitale, déjà confrontés à la pandémie de Covid-19, ont rapidement indiqué être dépassés par l’afflux de personnes blessées. Du jamais vu pour le docteur Jacques Mokhbat, chef du département de médecine interne de l’hôpital de l’Université libano-américaine de Beyrouth.

https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20200805-explosions-%C3%A0-beyrouth-sid%C3%A9ration-et-d%C3%A9vastation-la-capitale-libanaise

RFI : Pouvez-vous nous décrire la situation sur place à l’hôpital ?

Dr Jacques Mokhbat : L’hôpital se trouve sur la colline d’Achrafieh, à environ quatre kilomètres du port où a eu lieu l’explosion, à vol d’oiseau. C’est un hôpital qui n’est pas énorme, avec 150 lits, mais qui a été gravement touché par l’explosion : toutes les vitres, tous les plafonds, toutes les tuyauteries, les bouches d’aération, tout a été complètement soufflé par l’explosion. Heureusement le système d’électricité et de gaz continue à fonctionner. On a donc pu être présents pour l’administration des soins des personnes qui se sont présentées à l’hôpital. On a eu un nombre incalculable de malades, je n’ai pas encore les chiffres définitifs mais probablement entre 700 et 1 000 personnes qui sont arrivées mardi soir presque d’un coup à l’hôpital. On les a reçues aux urgences, dans l’espace de la rue environnante, on a ouvert aussi deux étages, on les a même reçues dans le service de pédiatrie, dans le service de chirurgie, au laboratoire, partout. On les a accueillies partout malgré le fait qu’on les recevait entre les débris. Nous étions devenus même plus qu’un hôpital de front, c’était un hôpital en état de démolition qui continuait à travailler. D’autant plus que trois hôpitaux qui étaient encore plus proches que nous du lieu de la déflagration sont devenus presque complètement dysfonctionnels. Ils n’avaient plus ni électricité, ni oxygène, ni masques, ni eau. Donc, ils ont été obligés de transférer les patients. Beaucoup ont été transférés chez nous et ça a augmenté notre charge en blessés.

Quels sont vos besoins spécifiques actuellement ?

Déjà au départ, tous les hôpitaux au Liban subissent une énorme pression du fait de la crise économique. Comme nous achetons la majorité de notre apport médical en euros ou en dollars et que nous les achetons sur le marché extérieur, c’est devenu excessivement difficile (NDLR : à cause du taux de change). Nous étions en perte de vitesse du point de vue économique déjà avant cette explosion. Et au vu également la crise du Covid-19 qui nous est tombée dessus depuis février 2019 au Liban et dans tous les hôpitaux, nous avons également une double charge économique.

Donc cette explosion est juste venue comme une cerise sur le gâteau. Le pays en entier était en perte de vitesse économique, les hôpitaux étaient déjà saturés. Surtout depuis la réouverture de l’aéroport et des commerces, il y a eu une ré-augmentation spectaculaire du nombre de cas de coronavirus. Nous étions à 30, 40 cas de Covid19 par jour, maintenant nous sommes montés à 170 cas par jour. Nous nous attendions à ce que d’ici mi-août ou fin août nous arrivions au point de saturation des unités de soins intensifs. Avec cette explosion, les hôpitaux ont été encore plus submergés et donc nous allons avoir encore plus de difficultés et notre point rouge de prise en charge du nombre de cas de Covid-19 va être beaucoup plus facilement atteint. Je fais partie de la commission nationale de lutte contre le Covid-19. Nous nous orientions vers un couvre-feu et une fermeture totale de tous les commerces. Là, malheureusement cela va entraîner un chaos total et une difficulté économique encore plus importante. Je me demande où nous allons.

About Yves GALLEY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.