Afrodad/ Formation des médias : les difficultés du journalisme d’investigation sur la gestion de la dette en Afrique au cœur des débats

Le mardi 22 mars 2022 marque la deuxième journée de formation des journalistes dans le cadre du colloque international initié par l’African Forum and Network on Debt and Developpement (Afrodad) sur la gestion de la dette publique en Afrique.

Au menu des échanges, les difficultés rencontrées par le journaliste d’investigation sur le terrain. Ces difficultés ont été passées au diagnostic à travers témoignages et exemples pratiques.

Des journalistes, représentants du Sénégal et du Burkina ont fustigé le manque de soutien des États aux journalistes qui, faute de moyens, arrivent péniblement à faire des enquêtes de fond consacrées à la problématique liée à la gestion de la dette africaine. Une préoccupation non partagée unanimement, certains panélistes estimant que le journaliste d’investigation pour sa liberté, ne doit rien espérer des institutions étatiques s’il tient à son indépendance pour un travail impartial.

D’autres sujets tels que le rôle de la femme dans la sphère médiatique, l’organisation professionnelle du journaliste pour mener à bien un travail d’investigation, le mépris et le refus de collaborer de certaines grandes institutions ont également meublé les fructueux débats.

Faut-il le rappeler, 20 pays africains prennent part au forum organisé à Nairobi, la capitale kényane. Le séminaire se déroule en présentiel mais suivi en visio-conférence par une centaine de journalistes sélectionnés par Afrodad et ses partenaires.

Face à la montée fulgurante de la dette africaine, les professionnels des médias togolais, participant au forum international de Afrodad, envisagent la création d’un réseau de journalistes spécialisés dans le traitement des questions liées à la gestion de la dette africaine.

Cap sur l’acte 3 du mercredi 23 mars 2022, dernier jour du colloque.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.