Championnat D1 de Football/ Triomphal come-back d’Espoir FC de Zio

Espoir FC de Zio ne s’éternise pas dans les méandres de la 2è division. Une montée, et une descente immédiate au cours de la saison 2017-2018, mais la durée du purgatoire aura été si brève. Le club du Zio, sous la houlette du président Honoré Elom Aziadekey, retrouve l’élite en 2022. Et de quelle manière ?

Triomphalement. Espoir FC de Zio retrouve sa place dans les 16 meilleurs clubs à l’échelle nationale. Le chemin pour retrouver l’élite semble court, mais sinueux. Seul le génie d’un jeune homme, le quadragénaire Honoré Elom Aziadekey, aura réussi à créer les conditions favorables à une rapide remontée en première division après les présidences de feu Amavi Patatou, et d’Agogno Messan, maire de la commune Zio1.
Une si longue saison, qui finit le 26 juin 2022 avec éclat pour le club de la préfecture de Zio, qui abrite la commune chef-lieu de la région maritime. Une localité stratégique donc, qui a le mérite d’abriter un club de D1, mais aussi un stade de foot moderne (l’actuel baptisé Dr Kaolo végète encore dans la vétusté). Ce 26 juin au Stade municipal d’Atakpamé, Espoir FC avait un rendez-vous avec un sacré client, Tambo FC, le dauphin devancé d’un point avant cette dernière confrontation de la 10è journée, et qui pouvait, en cas de victoire, passer devant et terminer champion. A 5 minutes de la fin, Espoir était mené 2 buts à un, mais va arracher l’égalisation grâce à un coup franc magistralement botté des 20 mètres par le virevoltant Ndzi Denis Nfor.

De loin

Cet exploit de 2022 est le résultat d’un projet soigneusement mis en place par la nouvelle équipe dirigeante. L’aventure commence avec le coach Koudjodji Jules avec lequel Espoir va frôler la relégation en division inférieure. Limogé en juin 2021, il est remplacé par Bonfoh Arimiyao au moment où Espoir était 5e et avant-dernier au classement avec 4pts au compteur. Bonfoh relève le défi du maintien, avant de tisser sa propre toile au cours de la saison 2021-2022, couronnée par la montée et un second sacre de champion D2. Le tout en 25 matchs joués, et au tableau des statistiques : 13 victoires, 8 nuls, 4 défaites, 37 buts marqués, 15 buts encaissés et 15 clean sheets.

L’équipe construite autour du capitaine Donou Kokou, avec un 4-2-3-1 conçu par l’efficace coach Bonfoh Arimiyao en fonction des qualités des joueurs tels Assouka Kouami, Agrignan Gamal, Atakora Abdou (le meilleur buteur avec 7 réalisations), Kpade Enzo et Ndzi Denis Nfor, s’est révélée la plus forte de la saison. L’équipe dirigeante aura misé sur les moyens, avec un recrutement à la hauteur des ambitions.

A la première journée des play-offs, Espoir soumet Koroki (3-1). Le site afrikdepeche.com titre : « Play-offs D2/ Espoir FC explose Koroki et s’expose en prétendant sérieux à la montée ». L’auteur de l’article s’attire les quolibets de la toile, mais il peut bomber le torse aujourd’hui, Espoir lui rend si bien les pièces de son optimisme.
« Ça n’a pas été facile au début. Personne ne nous croyait arriver à ce stade », souffle Donou Kokou. Ce que confirme son coach Bonfoh, la tête dans les nuages : « Plus que heureux, quand vous savez que personne ne vendait notre peau cher donc on est venus de très loin parce que là, en face, il y avait au début Agaza, Etoile, Tambo, Foadan ». Et Atsonglo Aubin, le coach adjoint, de nourrir déjà de grandes ambitions : « C’est un sentiment de joie de retrouver l’élite. Avec notre nouvelle organisation, on est en D1 pour y jouer gros ».

Une gestion exemplaire

C’est à juste raison que personne ne pouvait miser sur Espoir FC à l’entame de la saison qui le consacre. La saison précédente, elle a terminé sur les rotules, et le club n’est dirigé ni par un fortuné ni par un homme pétri de grandes expériences dans la gestion de la chose sportive. Fort heureusement, cet homme, Honoré Elom Aziadekey comble tous ces déficits par une gestion qui allie génie, humilité, leadership, ouverture d’esprit, quête de l’unité et du consensus et la clairvoyance dans le choix des associés.

Honoré Elom Aziadekey, président de Espoir FC de Zio

D’ailleurs, le fait d’accepter la lourde mission de présider Espoir FC dans un contexte et un environnement difficiles relève d’une bravoure et d’un engagement colossal, alors que de grandes figures et des personnalités les plus notables de la préfecture se sont recroquevillées dans leur cocon, histoire de ne pas trop s’exposer et de ne pas courir des risques. Pour atteindre ses objectifs, le président Aziadekey invente un mode de gestion axé sur des paradigmes nouveaux. Rigoureux et pragmatique, il engage une politique managériale déterminée par une restructuration complète du club avec l’usage d’outils professionnels de gestion. Le premier intérêt a été l’efficacité du secrétariat du club et la performance de la coordination technique, ce qui a permis à Espoir FC d’engranger certains points sur tapis vert après des recours introduits dans le respect des textes régissant la compétition. Espoir FC est l’un des rares clubs de la D2 à détenir toutes les vidéos de ses rencontres grâce à une équipe de communication bien équipée.

Au chapitre des finances, suivant la philosophie d’Honoré Aziadekey, Espoir FC n’appartient à personne, il est la propriété de tous les fils et filles du Zio et des sympathisants, ce qui pose les bases d’un club communautaire, où le mythe de président à vie n’existe pas, où chacun, en remplissant certaines conditions minimales, devient membre du club, et peut apporter sa modeste contribution. Ce paradigme a requinqué le sentiment d’appartenance au club de tous les membres au sens élargi du terme, et généré des dons de diverses natures. Comme retombées, le Quartier Général d’Espoir FC est une maison offerte par un membre ; au registre de la santé, un membre, pharmacien de son état, s’est déclaré volontaire pour prendre en charge tous les besoins du club ; pour l’hébergement, une dame a mis sa villa à disposition… Autre outil de gestion, le tutorat. Des habitants de Tsévié ont, volontiers, accepté héberger des joueurs chez eux à la maison et de devenir leurs tuteurs et protecteurs.

« Cette vision consiste à inclure tous les fils de Zio dans la gestion de notre football », soutient Azilan Koffi Charles, Secrétaire général du club. « Il s’agit d’amener la communauté à soutenir le club, à s’identifier au club. Nous avons espoir que demain on parlera de FC Espoir. Nous avons une vision à long terme », renchérit le président Aziadekey dont l’éclair de génie a tout métamorphosé. C’est au nom de cette inclusion que plusieurs cadres de la préfecture du Zio, au premier rang le ministre Kodjo Adedze, ne lésinent pas sur les moyens pour apporter leurs soutiens multiformes à Espoir FC. Le bus utilisé par exemple, par le club pour le transport des joueurs, est un don personnel du ministre Adedze dont l’engagement pour le développement de sa préfecture n’est plus à démontrer.

Aujourd’hui, en 16 mois de présidence, le mode de gestion d’Honoré Elom Aziadekey peut être évalué à l’aune du résultat produit : une remontée triomphale en D1. Bon vent dans la division d’élite !!!

Le président et le coach Bonfoh Arimiyao
Les deux présidents promus en D1, de Tambo et Espoir FC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.