Carburant plus cher: la flambée des prix du baril impose une nouvelle hausse au Togo

Les prix des carburants atteignent des sommets dans le monde ces derniers jours. D’un pays à l’autre, tous les automobilistes ne sont pas logés à la même enseigne. Les diverses crises, notamment énergétique, qui ébranlent la stabilité économique mondiale touchent de plein fouet le secteur pétrolier.

Bon nombre de pays, même ceux dits développés, procèdent aux réajustements permanents des prix des carburants.

Un nouveau réajustement technique au Togo vient modifier les prix à la pompe depuis ce 19 juillet 2022 en application d’une décision du ministre Kodjo Adedze en charge du Commerce.

Le super sans plomb passe à 700 Fcfa le litre, soit une majoration de 75 francs en comparaison à la dernière augmentation intervenue le 9 mai dernier. Le pétrole lampant passe de 650F à 810F et le Gas-oil de 850F à 1083F.

Le pire sans subvention de l’Etat

Ces modifications, imposées par l’envolée des prix du baril de pétrole à l’international, auraient pu, sans une forte subvention de l’Etat, alourdi le prix final du litre carburant.

Tenez, pour chaque litre de super, l’État supporte 178 fcfa, pour le pétrole lampant, 160 fcfa et pour le gas-oil 233 fcfa.

Autrement, le prix réel du litre de super aurait été, sans subvention, 878 fcfa, le pétrole 810 fcfa et le gas-oil 1083 fcfa.

Au 7è mois de l’an 2022, le gouvernement togolais aurait déjà déboursé, d’après le ministère du Commerce, 25 milliards au titre de subventions des produits pétroliers. Un effort louable, malheureusement noyé dans la crise de la vie chère.

Carburants exportés

Au moment où l’essence était livrée à 625 fcfa au Togo du fait de la politique de subventions, elle se vendait à 715f au Burkina Faso, 735f en Côte d’Ivoire, 890f au Sénégal et 960f.

Une différence remarquable qui a germé des idées de business à certains commerçants qui s’approvisionnent sur le territoire national à des fins d’exportation.

Les subventions de l’Etat ne profitaient plus, dès lors, qu’aux Togolais exclusivement, elles sont ainsi devenues une source d’enrichissement pour certaines personnes.

C’est pourquoi, autant que les exportateurs illégaux de produits alimentaires sont traqués, les commerçants opportunistes des produits pétroliers doivent l’être, en vue de protéger les milliards dépensés à titre de subvention par l’Etat et surtout es intérêts des populations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.